• Untitled

La rue, village ou décor ?

Parcours dans deux rues de Belleville

Deux rues de Belleville, la rue des Cascades et la rue de l'Ermitage, sont l'objet de cette étude. Belleville incarne une certaine idée de l'urbanité, faite d'un mélange d'activités et d'individus très divers dans des rues constamment animées. Le propos de l'auteur est d'engager une réflexion critique sur les mérites réels ou supposés de la rue.
«  Ma rue c'est un village  », entend-on souvent dire. Pourtant si dans l'après-guerre on pouvait qualifier certains quartiers populaires de villages urbains, la référence au village semble aujourd'hui n'être qu'un fantasme. L'auteur s'interroge sur la persistance de cette référence à la vie villageoise et sur l'importance attribuée à la rue pour la vie de quartier.
Dans les faubourgs populaires récemment embourgeoisés, les nombreux « bobos » nouveaux venus sont ceux qui invoquent le plus la vie villageoise alors même qu'ils passent très peu de temps dans leur rue, pour eux simple décor dont la valeur se mesure à la présente d'immeubles de guingois, de cafés vieillots et de personnages hauts en couleur.
Le « retour à la rue » est un mouvement né à la fin des années 1950 en réaction à un urbanisme que l'on dit toujours « moderne » et que l'on a accusé de stériliser les villes. Opposée à des grands ensembles réputés froids et inhumains, la rue s'est trouvée incarner l'urbanité. Aujourd'hui, un demi-siècle après les premières contestations de l'urbanisme moderne, il apparaît que, si la rue a bel et bien triomphé, sa victoire n'a pas pris la forme attendue.
Pages 160
Format 16,5 x 22,5 cm
Façonnage Cousu, broché
Prix 24 €
Parution 12/2006
ISBN 9782913610668
Disponibilité En librairie
Collection Lieux habités
Thèmes Paris et autour, La ville et l'urbain