Collection : Foto
Prix : 25,00  €
Date de parution : 31 octobre 2013
ISBN : 978-2-35428-081-9
215 x 250 mm
96 pages

La mer, qui réclame une attention continue, exige également une forme d’abandon confiant en elle. Les voies qu’empruntent les navires ne laissent pas de trace. L’eau qui s’ouvre à leur passage se referme immédiatement. Chaque jour, les pêcheurs reconnaissent les paysages du littoral et l’environnement marin, mais, à la différence des agriculteurs qui creusent des sillons, élèvent des murs de soutènement et plantent des arbres qui leur survivront, les pêcheurs savent et acceptent, serait-ce malgré eux, qu’ils ne laissent qu’un sillage éphémère et que leur passage sera bientôt invisible. La mer, chaque jour vierge des passages d’hier, rappelle à chacun la fragilité de sa condition et la brièveté de son existence.
B.B.

La mer est belle, épouvantable. Avec un doigt elle te soulève une ville. Et dessous cette infiniment remuante immensité, il y a du vivant à bloc. Un beau jour il a fallu que ça commence et qu’un ou plusieurs, bien remontés, s’en aillent voir ce qu’il y avait là-dessous d’agréable à l’espèce. Du poisson pour le ventre des siens déjà, et puis aussi l’homme qui se figure une force sur les choses et qui repousse sa peur et l’horizon d’autant.