Paris Marais 43. Arrondissements 4 & 3 photographiés durant l'Occupation par Cayeux & Nobécourt

Collection : Foto
Prix : 30,00  €
Date de parution : 29 octobre 2015
ISBN : 9782354280994
165 x 225 mm
184 pages

Ce livre rassemble 58 photographies inédites provenant d’un fonds découvert en 1980 dans une benne à gravats. Il s’agit de vues extérieures du Marais réalisées durant l’Occupation, quartier emblématique de Paris. Paris en son cœur géographique et dans un moment particulier de son histoire.
P. F. Roy, architecte, plasticien et collectionneur, enquête sur ces tirages : ils proviennent d’une commande officielle passée dès 1941 par la Ville de Paris et la préfecture de la Seine, sous contrôle de l’occupant allemand, à des photographes professionnels, Cayeux et Nobécourt. Frontalité, grand angle, perspectives redressées par bascule et décentrement du plan film, tirage sur papier mince glacé et soigneusement annoté au verso, leurs éléments constitutifs révèlent un style documentaire opératoire et fonctionnel.
La France est à ce moment-là sous le régime de Vichy et le projet urbain est envisagé de manière radicale et autoritaire comme une opération résolument moderne, sanitaire et comme remède à l’insalubrité. Cette campagne photographique fixe l’image de ces rues parisiennes, inscrites dans des îlots déclarés insalubres et promises à la démolition, en vue d’accréditer la thèse de l’insalubrité. La plupart des ces lieux ont disparu sous la pioche des aménageurs. En préface du livre, Isabelle Backouche, historienne spécialiste de l’histoire de Paris, donne un éclairage précis sur cet épisode de la transformation urbaine de la capitale.
Le « Vieux Paris » est ici visité comme un inventaire avant décès, avant disparition. Ces immeubles retrouvés, ces coins de rue et ces morceaux de quartier sont comme les vestiges d’un autre monde en apparence figé mais dont les traces et les stigmates multiples offrent à qui veut les lire un renseignement très précieux sur les manières d’y habiter et d’y travailler. Les détails de leurs intérieurs, les visages et les postures de leurs occupants sont autant d’indices d’un Paris industrieux et actif dans des demeures en partie non entretenues, dans un monde de briques et de pierres, de plâtre et d’ardoise, de bois et de fer.
Il en résulte une forme tout à fait étonnante empreinte d’une esthétique involontaire qui fait de cette série des « portraits d’immeubles » dont la lecture se fait à plusieurs niveaux d’approche. P. F. Roy invite le lecteur à regarder attentivement les images à travers ses gloses : décrire, observer, imaginer, dénicher à la loupe des fantômes.